Comment habiller un intérieur en style « vintage » ?

salon-style-vintage

C’est un phénomène bien connu : en temps de crise, on ressuscite le passé !

Mais, en matière de style de décoration, il y a « passé » et « passé ». « Néo-rétro » ou « vintage », on ne parle pas exactement de la même chose : le premier est la simple réédition d’objets qui eurent jadis leurs heures de gloire ; le second privilégie l’authenticité.

Les objets « vintage » ont une histoire et s’inscrivent dans une époque bien déterminée (celle des Trente Glorieuses). Les plus recherchés sont signés, comme une œuvre d’art. Ils ont traversé le temps sans dommage, on les retrouve avec plaisir parce qu’ils rassurent.

Le style « vintage » lui-même est un mélange étudié : on marie un objet ancien avec un objet contemporain, un meuble des années 50 avec un accessoire des années 70. Qu’importe, c’est ce mélange qui en fait un décor unique, très personnalisé. Voici quelques balises si vous souhaitez habiller votre intérieur en style « vintage ».

 

Le vintage, un mélange de styles …

 

L’époque des Trente Glorieuses (approximativement 1944-1974), qu’elle ait été vécue ou qu’elle soit fantasmée, apparaît aujourd’hui comme un « âge d’or », une période de prospérité, d’insouciance et de fantaisie coincée entre la fin de la guerre et le début de la « crise » d’où s’inspire le mélange de styles propre au vintage.

  • Les années 50 (Fifties) : c’est l’époque du rock and roll et du be-bop, du jukebox et des scopitones. On envoie des spoutniks autour de la terre et la télévision prend une place de plus en plus grande dans les foyers.

La mode est au formica, aux chaises avec des pieds tulipe et aux tables basses en métal chromé recouvertes d’un plateau en marbre (celles de Knoll sont les plus célèbres). On trouve un peu partout des lustres avec des boules en verre et des motifs abstraits, des lampes à tête pivotante ; on écoute Elvis Presley ou Miles Davis sur un tourne-disque (celui de Philips) ; le réveil matin fonctionne encore avec des piles.

  • Les années 60 (Sixties) : le Pop Art détourne les objets du quotidien, les hippies font leur révolution à Woodstock et Paris-mai brûle.

Les tables basses sont toujours circulaires mais le verre a remplacé le marbre ; les étagères sont modulables et l’on s’entiche des tabourets tam-tam (rouges, jaunes ou noirs), des chaises en plexiglas, des meuble-bar ou des meuble-radio en teck d’origine scandinave. Les canapés sont en skaï et le lampadaire à trois branches fait une entrée remarquée dans les chambres des adolescents « yéyé » ; chez les parents, l’abat-jour est en toile de lin monté sur un pied en métal chromé ; le réveil Japy sonne les heures mécaniquement.

  • Les années 70 (Seventies) : on découvre David Bowie, puis les punks, on lit Actuel en rêvant à Goa ou Zanzibar. Le monde bouge et c’est déjà la crise du pétrole.

Les chaises ont une coque en fibre de verre, les poufs sont gonflables (ceux du designer Quasar Khanh se déclinent dans toutes les couleurs), les dessertes en plexiglas fumé, les fauteuils en simili cuir, les canapés et les chauffeuses sont rembourrés en mousse et habillés de tissus ; un mini-bar sur roulette circule du salon au séjour ; la lampe style « atelier » est en métal, avec bras inclinable et tête montée sur rotule ; on trouve aussi des lampes « boule », « champignon », « pilule » ou « globe », le plus souvent en plastique ; on se promène avec un mange-disque en écoutant Les Clash ou Julien Clerc. Le réveil à lamelles, orange ou vert, est là pour adoucir les matins d’hiver.

 

… Pour n’en créer finalement qu’un seul : votre style vintage

 

À vous maintenant de réussir votre composition, de créer votre déco vintage, selon vos envies ou au hasard d’une brocante, d’une boutique ou d’un site internet.

Vous n’aurez que l’embarras du choix pour partir dans une chasse aux trésors sans fin. Le plaisir, c’est de chercher jusqu’à trouver l’objet rare et stylé, l’objet que l’on avait oublié et que l’on fera revivre.

Catégories

Articles similaires

Partager cet article